Olivier van Helden, est un auteur, compositeur et interprète belge, installé en Guadeloupe.

Grandi entre Brel, Brassens et les piliers de la chanson française, il ne cache pas ses influences, tout en évitant de sombrer « à la manière de ». Ses chansons gardent une petite couleur qui laisse deviner les vinyles qui peuplaient l’étagère à côté de la hi-fi. Si on y retrouve une pointe de Georges, un zeste de Jacques, un timbre de Jonasz ou un swing de Nougaro, son univers est bien à lui.

Le chanteur fait ses débuts en 1987 dans les café-théâtres de Belgique et de France, pour le plaisir, sans autre prétention que de se donner lui-même un moment de plaisir et de détente. Sans chercher ni atteindre un succès commercial, il a continué au fil des années à se produire à chaque occasion.

En 2010, Olivier met en place une formule trio avec deux musiciens professionnels et rodés : Thierry Hercod (guitare, bandoura) et Alan Booth (contrebasse). Ils ont repensé ensemble chaque morceau pour leur donner une nouvelle vie, tout en en respectant l’esprit initial. Le répertoire se trouve enrichi et agrandi.

C’est avec ce trio qu’il aura l’occasion de se produire au « Botanique », dans le cadre du festival Emergenza et qu’il participera également au « Rallye Chantons Français ».

Il enregistre également dans la foulée un double single, destiné à aux plateformes de téléchargement. Le titre phare, « Comme le neurone d’une blonde », sera également assorti d’un clip vidéo.

Installé en Guadeloupe dans les années 2010, Olivier van Helden redécouvre les musiques locales et multiplie les animations musicales. Il y reprend régulièrement des chansons d’artistes antillais. En 2021, il enregistre un premier morceau imprégné de cette culture, « On n’a pas des métiers faciles ».